أضيف في 21 أبريل 2014 الساعة 19:45


Réflexion sur les nouveaux enjeux de la question amazighe en Afrique du nord et au Sahel à Lyon



 

par Idder Idji

Le forum de solidarité euro méditerranéenne a organisé à Lyon, les 18/19 Avril 2014 un séminaire sous le thème : les nouveaux enjeux de la question amazighe en Afrique du nord et au Sahel et ce, en partenariat avec l’Ecole Normale Supérieure et l’Institut des Etudes Politiques de Lyon. Les intervenants venus du Maroc, de Libye, d’Algérie, de l’Azawad, du Niger et de France se sont retrouvés durant ces deux jours pour informer et débattre sur l’état actuel de l’Amazighité, sur les derniers évènements et sur les perspectives d’avenir dans la région.

Pour l’ouverture, le Docteur Kameldine Fakhar, journaliste indépendant et activiste amazigh au Mzab (Sud algérien), après un bref historique du Mzab, a relaté en détails la  tragédie survenue dans cette région ces derniers mois. Les Mozabites, communauté amazighe issue de la grande tribu des Zénatas étendue sur toute l’Afrique du nord, a longtemps été régi par le droit coutumier local et a aussi comme spécificité, un islam de rite ibadite tolérant et modéré. Mais depuis l’indépendance de l’Algérie, le pouvoir central a marginalisé cette région, et a tenté plusieurs fois d’homogénéiser la population à sa propre image culturelle et sociale en tentant d’imposer la  langue de l’état et ses propres pratiques religieuses. Face à la résistance des Mozabites, le régime, pour intimider,  a toujours tenté de semer la terreur dans le passé. Depuis plus de cinq mois, des bandes organisés venus d’autres régions, ont saccagé, brûlé et pillé des magasins, et terrorisé la population, tout cela sous les yeux des forces de l’ordre qui ont laissé faire. Quand les populations autochtones ont essayé de se défendre, ces derniers sont intervenus par des jets de bombes lacrymogènes et l’intervention musclée avec des camions anti-émeute. Les agressions des bandes hostiles aux mozabites, armées de sabres et d’armes à feu sont allées en crescendo, et le résultat : 07 citoyens mozabites y ont laissé la vie. Le Docteur Kamel Fakhar, lui-même agressé et menacé plusieurs fois, a lancé un appel à la communauté internationale et européenne pour la protection de la population mozabite. Il a exprimé aussi son étonnement et sa déception face au silence de la presse occidentale et du parlement européen, restés indifférents à cette tragédie.

La deuxième intervenante, Meryam Demnati du bureau de l’observatoire amazigh des droits et libertés a quant à elle dressé un bref historique du mouvement amazigh marocain, sa composition et l’évolution de son discours, parallèlement à l’état des lieux de l’amazighité dans ce pays, aux acquis et aux obstacles encore bien nombreux dus au manque de volonté politique d’un gouvernement qui fait tout pour retarder la mise en œuvre de son officialisation ce qui suscite par là la colère de plus en plus grandissante dans les rangs du mouvement amazigh.

Les deux intervenants kabyles, Ammar Ouerdane , spécialiste de l’histoire amazighe d’Algérie et Tahar Khalfoune, universitaire et juriste, ont eux aussi donné un bref historique du mouvement amazigh en Kabylie. Selon ces deux chercheurs, on peut relever deux phases, la phase avant 1980 où une élite militante universitaire était en avant-garde et la deuxième phase après 1980 où le mouvement de masse s’est étendu surtout après la tragédie du 20 Avril 1980.  Après une forte politisation de la question amazighe, le mouvement aujourd’hui se trouve, avec le contexte tragique et général du pays, dans une phase de désillusion mais aussi une phase de radicalisation de plus en plus grande.

Puis, une part spécifique du séminaire a été dédiée à la question Touareg, avec comme slogan « une lutte pour la survie ». Les intervenants, Abdulahi Attayoub, président de Temoust et de l’ODTE, originaire du Niger, Lounès Belkacem, membre du bureau du Congrès Mondial Amazigh et  conseiller municipal à Lyon et François Alfonsi, député européen, ont dans un premier temps présenté la question Touareg depuis l’indépendance du Mali et du Niger à nos jours.

Attayoub a rappelé que l’avenir de touaregs était lié à toutes les autres régions amazighes de l’Afrique du nord et que leurs communautés ont toujours été marginalisées quant à la construction des états au Sahel. Il affirme aussi que l’enjeu, c’est de gérer les relations entre les Touaregs et les états concernés, dans le cadre d’une stabilité de la région, convoité également par les occidentaux pour ses richesses. Depuis des décennies, le massacre et la marginalisation de ces communautés ont été passés sous silence, aujourd’hui, l’Europe ne peut plus fermer les yeux. Lounès Belkacem a appuyé l’intervention de Attayoub en insistant sur l’appartenance de la communauté Touareg à Tamazgha, l’ensemble des régions amazighes mais aussi sur l’importance de la méditerranée dans l’Europe et le partage des valeurs universelles. François Alfonsi,  a quant à lui exprimé encore une fois son soutien aux populations Touaregs et a insisté sur le travail qui doit se faire au niveau du parlement européen pour réorganiser les relations euro-médirranéennes en tenant compte des spécificités culturelles locales, tout en travaillant pour le respect et la stabilité des régions. Tous les deux ont lancé un appel aux amazighs de la diaspora pour travailler dans ce sens,  interpeller le parlement européen et contribuer par cela à la protection des communautés amazighes et à la réhabilitation de leur dignité en afrique.

La dernière séance du séminaire sous le thème «  Les amazighs aujourd’hui : enjeux et perspectives » a réuni tous les intervenants sous forme de table ronde, ce qui a permis un échange fructueux mais aussi une réflexion commune quant à l’avenir de l’amazighité dans les différentes régions et aux actions collectives qui devront être menées pour la sauvegarde de la langue amazighe, la culture et les valeurs qui appartiennent à ce grand territoire Tamazgha. Le soir, la participation des intervenants à une émission « berbères sans frontières » dans le studio de Canut radio à Lyon, a permis de rendre compte aux auditeurs des travaux menés durant ce séminaire et de répondre à quelques questions.





 

أضف تعليقك على الخبر
* كاتب التعليق
* عنوان التعليق
  * الدولة
* التعليق



Pour faire valoir le droit des femmes au partage des terres collectives

La cérémonie de l’excellence

Pour une meilleure protection des Droits de l’enfant

Lycée Moha ou Hamou, BENI MELLAL Des résultats satisfaisants

les pratiques racistes contre les amazighes en Afrique du nord

Coup d’envoi de l’opération de distribution des denrées alimentaires.

Des mesures sont prises par les autorités locales dans le dessein d’organiser le commerce informel à Beni Mellal

Haro sur les accidents de la circulation

Encore un autre accident de la circulation !!!!!!

LES PETITS YEUX DE TAROUDANT